éditions \" à l\'écoute \" , hors commerce

Sayd Bahodine Majrouh : LE MESSAGE DU SOIR, extrait des CHANTS DE L'ERRANCE

 
.
.

Né en 1928 
Mort le 11 février 1988 

Sayd Bahodine Majrouh était un conteur inspiré, l’une des voix les plus rebelles d’Afghanistan. Il était un soufi d’islam. Il est l’auteur, entre autres, d’une immense épopée intitulée
"Ego-Monstre", chant épique, conte poétique décliné en mille paraboles.Il s'était réfugié au Pakistan après l'invasion soviétique. Il a été assassiné à Peshawar le 11 fevrier 1988, par les talibans .
.
.
.
.
 
 
Quand le vent eut frappé, 
quand fut détruite la Cité de l'âme, 
quand la tyrannie eut bousculé jusqu'au dernier des souffles, 
 
le Voyageur fut jeté, ah brindille dans l'ouragan, 
jusqu'au désert sans route, 
vers l'exode sans but. 
 
D'autres, nombreux, des familles entières jetées au vide, au rien, à l'égarement, 
cherchant un lieu, et ne sachant, 
de l'eau, et ne la trouvant. 
 
Ou bien trouvant un puits et voyant leurs mains vides 
voyant l'absence de corde et voyant un enfant, 
d'une pierre insondable, révéler la vérité : 
que le puits et sec depuis des siècles 
et qu'ils sont des plantes déracinées. 
 
Ô errants du désert 
ne vous avais-je pas dit : 
La tempête va venir 
Et votre barque est pitoyable 
et le torrent sera couteau, vertige, tourbillon, 
des rocs se dresseront, creusant lames et gouffres 
et vous verrez un Monstre, ensuite, 
en chaque grain de sable, en chaque goutte d'eau. 
 
Ne vous avas-je pas dit les profondeurs, 
les déferlantes, les écrasements ? 
Ne vous avais-je pas dit le naufrage, 
votre esquif trop gracile, 
et cet oeil effroyable où roulait une eau trouble ? 
 
Et tant et tant ont péri 
et tant et tant déjà que le Monstre a broyés ! 
 
Ne vous avais-je pas dit : 
Le vent aura soufflé que vous chercherez encore 
à retenir vos turbans et vos voiles 
à retenir le passé hagard et dévasté 
à retenir au fond de vos regards l'image _ 
 
Mais la Cité verdoyante n'est plus. 
Le vent a brulé brun les pins et les coupoles. 
 
Le vent des tyrannies, le serpent d'épouvante, 
ne vous avais-je pas dit sa soif en votre sein 
et qu'il ne viendrait pas de contrées si lointaines ? 
 
Ô errants de l'exil 
vous le couviez au creux de vous 
et il a bousculé jusqu'au dernier des souffles ! 
 
 
Barbarie, 
Harmonie : 
Le chemin n'est pas droit, ô errants ! 
Et si jamais de l'une à l'autre on vous dit qu'il est droit, 
ne le croyez pas, ne le croyez jamais ! 
Voyez les tourbillons, les remous, les cratères, 
sans cesse plus barbares que la barbarie même 
et voyez vos mains vides 
et défiez-vous des lignes droites ! 
 
Eux tous, et le Voyageur, ah brindilles ! 
jetés à la dérive des temps 
cloués sur un abîme en eux dans leurs yeux mêmes, 
hantises héberluées qui allaient hors chemins. 
 
Le vent était venu. 
La Cité avait cessé d'être. 
Les familles fuyaient. 
L'horreur se faisait loi. 
Le Monstre régnerait. 
 
 Ô amis exilés que nous étions-nous dit ?
 
 
 
..


13/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres