éditions \" à l\'écoute \" , hors commerce

Dominique Oriata TRON : ETOILES , la version de 2012, et celle de 1966

.
.
.
.
ci dessus, Dominique Oriata Tron en 2009 avec Nim
.
.
ETOILES 
version du 1er décembre 2012 , qui est suivie de suivie de celle de 1966 , publiée chez Seghers  dans le recueil KAMIKAZE GALAPAGOS
.
.
Entrez dans la vie éternelle de l'Amour, vous les persécutés de toutes catégories 
de toutes races et croyances , de tout règne animal et végétal
vous qui avez vomi à l'aurore parce que les putains ne voulaient pas de vos corps
vous qui avez été défigurés par le mauvais sort de l'exploitation, de la terreur  et de la calomnie
vous hommes et femmes qui avez été violés par les  tricheurs et prêcheurs esclavagistes
vous qui avez compris  que l'être humain est un rêve encore inachevé
vous qui prendrez le relais de l'utopie des mains des voyants bienveillants  , 
vous dont les paroles ne sont pas meurtrieres car elles se mesurent à la justesse de vos actes
vous dont les pensées , les rituels, les inventions embellissent  à chaque instant  la Terre !
.
.
La vie éternelle,  une vie sans fin dans les parfums et la volupté
des corps miraculés par la bonté et  les mirages véridiques et fertiles de l'arc en ciel 
jusque dans le sexe fleuri  débarassé de ses secousses mortelles,
 la vie en  fête des hippies émancipés des drogues de toutes les sociétés !
.
.
Et même si pour   nous parquer, nous les êtres    humains ,seul semble autorisé 
 l'enfer du mauvais coeur et de la prédation, et ses rythmes plaqué de diamants carnivores
et même  si mon passeport reste encore ces jours marqué du sceau de la ruine  organisée 
par les soubresauts de la bête immonde
 et bientôt vaincue  de l'apartheid planétaire
je boirai la liqueur enivrante de toutes les créatures végétales et femmes
à ton   sexe laiteux ma chérie Nimozette  jusqu'à la fin des temps !
.
.
Oui c'est à ta fontaine que je me suis arrêté de courir ...
Je fuyais la malédiction promise à tous les animaux par les maîtres démons
 et je vis que l'issue  était  par le dedans
pour franchir sans regret la porte des étoiles 
 où l'amour lève les malédictions  
des marchands d'espace , de temps et de sexe !
La légereté s'obtient en déposant toutes les ambitions , je me suis résigné
à la patience oùnous nous sommes invités à de nouveaux serments
.
Je n'ai plus peur désormais de tomber
dans le précipice  des naissances et des morts ...
 Nous ne vivons que des offrandes des soleils que nous perpétuons!
.
.
je  savais que la bonté fait de nous des anges à jamais délivrés des apparences ,
je ne suis  plus boiteux , quoique précipité dans la fosse aux lions 
Je  danse en équilibre même transpercé par la magie criminelle des fausses réputations !
Peu m'importe  de  proclamer la victoire sur les Géants, ils sont des fantômes  ...
Je préfére  devenir  invisible  et minuscule,
mais avec des yeux ouverts sur la Vraie Vie
pour traverser la fleur et le fruit comme une bénédiction je suis le cri
poussé par l'humanité anonyme !
/je ne clamerai  plus être devenu  un dieu ,
 je ne t'appellerai  plus ni  déesse ni reine
mais tu seras fertile de ma science ...
C'est  à   l'instant d'humilité  que le supramental  Divin
nous accorde  refuge
en dépit des orages, et de la tempête .
.
.Oui, nos corps sont  gluants à l'intérieur, 
et nous resterons collés à jamais dans l'amour invicibles des coeurs 
Puis  tu aimes ma pénétration, o ma nymphe
de la forêt équatoriale, ma muse'
 avec toi  la baise fraîche dans la chair c'est  seulement la loi de l'attraction cosmique   
comme dans la pureté  de nos rêves  
comme les  planetes dans leur ronde autour de leurs étoiles
et l'aimanttation consentie de l'esprit et de la matière.
.
.
.
Nous nous sommes rencontrés   sur le  terrain de jeu des libertés humaines 
proclamées et bafouées par les démons
qui dénoncent comme des erreurs  tous les angélismes ...
 Nous nous sommes  cachés  dans la forêt   comme  des passagers clandestins
 cernés par le labyrinthe des esclavagistes noirs et blancs
qui voulaient se partager  nos  destins  ...
nous avons chanté et dansé la victoire de l'amour dans notre bulle invisible d'utopie ,
là l'univers vivant tout entier, nous l'avons condensé 
espace temps fortifié de  matiere à l'intérieur illimitée ,
grain de sable porteur discrètement de la mémoire du Soleil !
.
.
Et en franchissant ces frontieres
que les généraux  de la mort n'avait pas songé à surveiller,
nous avons fini par nous évader à l'autre bout de la galaxie 
 nos âmes ont  pris leur  élan  plus loin que les années lumières
là où éternuent les forces  sans forme de la création perpétuelle ,
là où l'écrasement des désirs telluriques  
nous chasse   en signes clair par  la ligne de fuite
là où le secret des  semences humaines et des pierres
s'entend  à livre ouvert
sans qu'aucune traduction ne soit possible, si ce n'est
 par mes baisers assoiffés sur  de tes seins de danseuse céleste
qu'aucun temple de stuc ne peut emprisonner par son copyright et sa vaine érudition.
Notre amour ,partageons  ces   flambeaux où chacun peut rayonner  parmi les étoiles
pendant que par passion  l'ignorance  s'enchaîne et nous évite en s'enlisant !
.
.
Tu t'appelles Nimozette et aussi Filola  mais au delà de ton nom
tu es la femme qui rayonne dans toutes les femmes, je t'ai épousée
Tu es l'étoile peuplée d'étoiles  visible même par les aveugles
  au prix du choix radical de l'Amour !
.
.
Ton cri de liberté s'éveille en toute femme
tu es l' étoile inaccessible sauf par le sacrifice des conforts et des truquages 
Tu es la bouche pulpeuse et glissante et légère , fruit, baiser de la nuit négresse
et nous nous sommes trouvés au centre , au fond , au fond profond 
 de  notre solitude dans la jungle superficielle des marionnettes, de leur théâtre 
où rien n'est réglementé  pour nous délivrer de la fatalité du bétail
mais  où  des lois fantômes tentent de  nous priver
de l'offrande  du paradis terrestre.
.
.
Tu es la nuit avec ses trous noirs qui absorbent les âges et  damne nos persécuteurs
mais   recrache plus loin  les identités suicidées  avec des ailes d'étoiles neuves !
Tu es la nuit plus noire que noire où ta peau  négrillonne  s'efface et m'efface
avec nos doigts comme violons dans la promenade des inlassables  caresses
car la bonté  est semblable au doux fracas des vagues sur la plage 
elle ne se fatigue pas comme la convoitise qui jamais n'est rassasiée ...
.
.
Nous voilà maintenant comme des plumes  soyeuses de l'oiseau Eros 
les fourmis et les dieux ont préféré s'abolir dans la douceur 
 plutôt que  dans la domination vaine  des cités du prestige et de la souffrance ...
Nous sommes  multicolores comme les codes pas vraiment secrets de l'oiseau Amour ...
L'univers est son temple, le temple du phénix cosmique , du Simorgh de la présence,
du mantra du souffle Hamsa mille fois répété
pour que s'éteignent  castes et  patentes
 de Taaroa  ouvrant en nous son oeuf,
du Quetzal  qui ne craint pas la mort , qui la traverse !
.
.
il était arrivé , le jour notre embarquement
pour les îles Galapagos 
mais  les chefs bandits de la gouvernance  zombie
nous ont refusé jusqu'au  visa transit !
.
.
Alors à l'écart des chasseurs  humains
nous avons construit  dans nos fortifications de chair
un écho palpitant des îles inviolées  ,
une carapace de tortue pour nous  deux 
mais protégée du temps  et des mauvaises politiques
celles qui trompent sur la valeur de la vie  !
.
.
Nous avons perpétué la danse où chaque pas ,
chaque regard a un sens  en deçà des coutumes
en dépit des douleurs ourdies par les diables
 qui nous sautent  chroniquement  à la gorge 
et qui font gicler le sang de nos espoirs
comme des bulles de savon qui leur échappe ...
Et dans la pluie tiede qui éteint les incendies jaloux
nous avons tracé  le chemin de la vie réelle !
.
.
Que ce soit par le ciel ou par la mer ou en quittant ce corps
nous  trouverons  pour toujours la stabilité dans le paradis de nos rêves
je te l'avais promis, il faut désormais
le chanter et le danser sans relâche
même immobile ou en équilibre ou en vol au dessus des   précipices
 où  la bousculade de la foire d'empoigne nous fait tous un jour  glisser  ...
Mais quelle chute est à craindre , la ruine  programmée
mais  nos pensées résistantes 
nous ont dévoilé la superficialité  de la mort,
artifice des dompteurs sans âme.
.
.
Peut être au coin d'une rue on abattra mon corps d'une balle mystère
afin que je me taise , mais c'est peine perdue  pour les mercenaires
car nous serons bientôt des milliards  bientôt
pour déraciner l'escroquerie de la misère ,
les jardins ne seront plus  transformés en déserts
pour exaucer les chasseurs d'esclaves ...
ilss veulent acheter l'amour faute de l'avoir semé dans leurs instants !
.Quand les oreilles se ferment  
la nuit et le soleil semblent se taire !
Les graines des phares poètes
passent pour de vaines  bavardes l 
.
.
 
Pourtant elles ne demandent qu'à  multiplier
 leurs bonheurs dans tous les coeurs  mais gémissent assassinées 
elles se croient frigides les grandes amantes fragiles
violées  par les lois du marché
.
La vie éternelle est un de nos regards de glace brûlante inaccessible à l'égo
lorsque les scorpions s'arrêtent de tourner
autour des nombrils des courtisanes
et brûlent  d'une flamme silencieuse d'aube dépassée !
.
.
O nuit deviens plus noire encore, nuit qui porte en toi 
et purifie la naissance de toute lumière !
.
Et toi  mon amour  Nimozette qui porte aussi le nom de Filola
terreur  des serpents empoisonneurs 
déchiffre  les vingt septs vertus transmises sans négoce  
par les enchanteurs Merlin  ...
ces secrets ne sont secrets que parce qu'
exposés partout , offerts à tout chercheur
 dans la banalité dédaignée de la lumière,
sans diplôme ni sinécure à la clé ...
seulement la sobriété et la modeste ascèse  
dont on effraye les enfants !
.
.
Mais le naufrage des mensonges royaux
nous a laissé toi et moi sur un radeau
et  là ma chérie nous n'avions que notre
amour pour échapper aux trafics 
tu as résolument éloigné la sorciere venimeuse
qui m'avait emprisonné dans la pierre
.
.
Alors je t'enveloppe  chaque jour de la musique
et des couleurs de la forêt d'éternité et de givre
 de fougères naines et géantes  ,
elles sont  nos soeurs et le soleil notre frère ...
.
.
j'ai recueilli  la semence de la danse du dedans qui transfigure l'âge
Le paradis nous l'avons trouvé,
mais Iblis a  dévalué   comme un péché
 les comptines sensées de l'enfance sage !
.
.
le démon Démiurge s'est fait passé pour Dieu ,
 il a fait désirer ses eaux sales,
 il a délégué ses pouvoirs aux puissants corrompus
il a nommé  enfer et gaspillage  la voie de l'étude gratuite et sans fin
il a prétendu que l'  Eden était  la servitude des illusions de son rivage
Et l'on cru désespérés les ivrognes de passage !
.
.
Abrités  dans la nuit où nous tentons
d'effacer nos traces au moins pour les rapaces
 nous avons éveillé  par la magie de l'amour
un matin de fraîcheur  perpétuelle ...
Et l'oiseau Divin qui par son souffle allume et éteint les étoiles
nous a dit : soyez sans crainte ,
vous n'êtes pas les souffrances dont on vous inquiète !
.
.
 Ceux qui ont préféré avec constance
la sainteté  de l' Amour à la tunique cannibale
 ont pris un élan  sûr pour la vie éternelle
de la Caresse qui guérit les plaies
 ils l'ont conquise en la  faisant résonner  dans leurs corps mortels
 en dépit des tourments et des chantages des faux monnayeurs et de leurs banques  !
.
.
Mes amis prenons  refuge
dès cette incarnation dans la dimension immortelle
ainsi nous ne serons  pas  vaincus  mais les triomphateurs du sacrifice...
Laissons  à leurs  sables mouvants les yeux mauvais qui ont tenté
 de nous  maudire en lnous  séduisant,
en nous  terrorisant par leurs chantages  !
.
.
Et toi Nim mon amour brûlons comme l'encens
qui chasse les odeurs mauvaises, 
comme l'électricité qui éclaire,
comme l'espérance de la  révolution qui libère
par la démystification  de  toutes les idoles  ,
de leurs porte paroles  ,de  leurs décibels !
.
.
Vois,   femme suspendue dans le ciel  avec ton corps d'étoiles 
 mes doigts et ma langues  titubent sur tes pieds huilés 
mes baisers et ma tige de jade rose
les inondent de ma prière et de mon sperme 
afin de les guérir à jamais de la conspiration
de la misère et de l'ignorance,
afin  que tu portes sans tomber  au delà de moi même
ce message dicté par les astres qui nous ont unis 
aux nouveaux nés humains afin qu'ils se souviennent
qu' ils sont tous graines d' étoiles  futures   
à condition de renier les fausses gloires ,
les fausses richesses , les faux pouvoirs passagers
et de cultiver  dans leur propre chair avec courage 
la Félicité de l'Amour visionnaire 
qui se donne à  la conscience de chacun sans dogmes , sans gestionnaire !
.
.
___
.
.
 
.
ETOILES
.
.
version du 13 août 1966, publiée en 1967 aux Editions Seghers dans Kamikaze Galapagos, ainsi que sur le blog de Bernard Gueit ,ami poète
 .
Ci dessous, Dominique Tron aux temps de la vie avec Elisabeth ,ou Elisawati
.
.
.
.
.
Je réclame la vie éternelle pour les persécutés de toutes
catégories
Pour ceux qui ont vomi à l’aurore parce que les putains
ne voulaient pas de leurs corps
Pour ceux qui avaient compris qu’ils étaient incomplets
Je réclame une vie éternelle dans les parfums et la volupté
du corps débarrassé de ses secousses et du sexe
Ou alors, si l’on ne pouvait nous bâtir qu’un enfer pour
cette vie éternelle
Que l’on y suce jusqu’à la fin des temps le sexe laiteux de
toutes les créatures féminines végétales et femmes
Je réclame la vie éternelle pour mon corps inachevé
Et pour moi
Car il va falloir un jour que je m’arrête de courir
Et j’ai peur de m’écrouler dans un précipice (- Ange!)
Boiteux et géant
(Je suis peut-être gluant à l’intérieur !)
Moi qui d’ange vais devenir Dieu
Te fais déesse, te fais reine
De l’univers qui se resserre en une boule de matière
illimitée
Dans l’éternuement des forces invisibles
Dans l’écrasement
Je réclame un sommeil qui me brûle comme le soleil, nu
Qui propage la brûlure le long de nos deux corps
Frémissements
Tu t’appelles Elisabeth mais que m’importe ton nom : tu
es la bouche unique que je n’ai pas besoin de nommer
ô Chine ô fruit léger glissant glacé rage baiser
Et qui est au centre, au fond, au fond
De notre solitude
LA NUIT PARLE
La vie éternelle est un de nos regards de glace brûlante
lorsque les scorpions s’arrêtent de tourner
Autour du nombril des courtisanes
Et brûlent
D’une flamme silencieuse d’aube dépassée
Et la nuit devient alors très noire
Avec des violons au bout de nos doigts
Qui se promènent sur notre peau
Les fourmis du Dieu Eros
Comme une plume d’oiseau Eros
- Les Dieux deviennent des oiseaux
On ira aux îles Galapagos (c’est là qu’est le temple du Dieu
Eros)
Mais quel est ce sang qui racle ma gorge avec des bulles
de savon, glissant comme la pluie tiède
Alors que j’ai plus que jamais envie de vivre
Plus que jamais envie de partir
Plus que jamais envie de m’empoisonner d’un rêve...
Je te donnerai tout ce que je t’ai promis
Mais j’ai peur qu’à un coin de rue
On ne me descende d’une balle perdue
LA NUIT NE PARLERA PLUS
Je réclame la vie éternelle pour les objets, et les arbres
et ceux qui auraient pu être de grands poètes, et celles
qui auraient pu être de grandes amantes
Fragiles
Je déchiffrerai pour toi les chiffres des enchanteurs-Merlin
Je déchiffrerai pour toi la musique et la couleur d’une
forêt d’éternité et de givre, de soleil et de fougères,
DES FOUGERES GEANTES !
Ce sera alors le paradis
Le-Pa-Ra-Dis
Sans la nuit, rien qu’un matin très frais, perpétuellement
Avec pour lit et pour repos , les ruisseaux, et commevêtements
L’amour
Je réclame la vie éternelle pour ceux qui ont sacrifié leur
vie à vivre sur terre l’éternité, les saints
Je t’adore dans l’encens et l’électricité
De mes doigts et ma langue titubant sur tes pieds huilés
.
.
.



01/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres