éditions \" à l\'écoute \" , hors commerce

Dominique Oriata TRON : GUERIR , et autres poèmes

Ci dessous, Dominique Oriata Tron en 2011.
.
.
.
.
 GUERIR
.
.
Je sais bien qu'aucun poème ne suffit
pour guérir l'humanité  de ses souffrances,
de ses déséquilibres.
.
.
Mais   même sans espoir je me donne rendez vous sur un roc stable    
Celui de  la conscience  au milieu de la mer ...
Que tombent les écailles de mes yeux
cicatrices des  tourbillons
d'anciennes tempêtes
.
.
J'ai vu que les gouvernances injustes de la planete
m'acculaient avec une fourche au fond de ma niche
sans m'accuser de rien, juste pour marquer leur territoire
Il m'a fallu capituler  capituler devant leurs exigences
 devant les priorités déraisonnables de la futilitè et de la peur
.
.
Sinon je me retrouvais hors le loi seul et sans papiers,
ils ont vraiment tout quadrillé jusqu'à la plus isolée des îles désertes
Les inspecteurs du monde sillonnent le ciel , surveillent la planète
à l'affut des murmures des réfugiés même innocents de la forêt,
afin  d'éradiquer le nomadisme , et d'imposer leur loi et leur exemple
.
.
Même dans l'amour des couples qui n'a vu le caprice
empoisonné poser ses conditions de paix
Partout  le pot de terre doit négocier
pour sauver l'espérance de ses racines et  de ses fleurs
L'homme policé n' a plus le droit de planter lui même ses semences
.
.
Le  pot de fer chaque jour étend ses déserts
peuplés d'illusions et de victoires virtuelles
Sans cesse il faut se taire pour ne pas se faire abattre
en témoignant du vampirisme et de l'escroquerie
.
.
Et à quoi bon  parler si d'avance
le véridique est déclaré imaginaire, exagéré
faut il laisser la roue seule des causes et des effets
faire la démonstration des naufrages prochains
.
.
Dois je éviter seul les catastrophes ?
Je suis las de subir le destin d'autrui et de toute l'humanité
Je ferme alors les  yeux pour trouver par le dedans une ligne de fuite
et la porte de l'Eden dont on ne revient jamais vraiment
.
.
Peu importe si ma danse  ne fait pas bander, ce n'est pas le but
Peu m'importe si ma musique ne déchaîne pas la sauvagerie de la transe
Peu importe que mes mots évitent de séduire
et que mes peintures soient un aide mémoire de la puissance des couleurs à respirer !
.
.
Je n'écris ce poème que pour l'enfant qui me ressemble
Celui qui a trouvé chaque matin la clé de guérison : l'etude perpétuelle
Frredonnant le chant sacré du Phénix
Fortifie les réflexes des soleils de l'Ame
ce sont eux qui font lever tes os
et toute ta charpente, forgeron de toi même
.
.
Car les paroles sont insuffisantes  à soigner.
evacue les  héritages empoisonnés, les illusions contradictoires
Seul devant Dieu avance prudemment à travers les buissons chargés d'épines 
c'est lui la mesure de l'Amour et de l'amitié
Il ne rêve pas d'églises et de mosquées, mais de justice sociale
et de connaissances partager
pour saut évolutif de l'humanité.
.
.
Un matin je resterai probablement ensommeillée
sur mon lit de pierre ou dans les bras de ma bien aimée
j'ai vécu cerné par l'embouteillage des fourmis et les piqures de guêpes
et j'ai vu l'espace et le temps se retrécir
pendant que ses marchands prétendaient le multiplier.
.
.
Sublime le scintillement la mer à l'infini, mais ce sera sans regret
que mon corps et mes sens retourneront à la Terre
ou se consumerons sur le bûcher de la crémation
On n'a même plus le droit de se faire brûler sur le rivage 
avec chacun qui chante et danse et jette une bout de bois une brindille
dans le bûcher, le feu de joie, pour me perpétuer
Alors voici ces mots pour me téléphoner dans les rêves
.
.
ne pas jeter pour autant dans le brasier
les elixirs qui m'ont cent fois sauvés la vie
oui je sais lors des décès , le meilleur est souvent jeté aux latrines
Les  mesquins ambitieux récupèrent seulement ce qui a une valeur marchande
.
.
La bête a beau se gorger de Lumière,
Iblis récupère la mise
Et même apres la victoire de la bonté
le mensonge se fait de nouveaux habits dans la vérité
.
.
J'ai cru pouvoir m'évader de tous les pieges par l'invisibilité
mais me voilà cerné par les tourbillons des faims perverses
Et pour leur échapper je monte à nouveau sur mon rocher et je crie
.
.
J'appelle les alliés de la santé  à dresser une barriere de feu
autour de la danse sacrée des vertus colorées  !
Et dans tous les cas,
que   mes chairs finalement  aient séché  comme momie
, Que  mon coeur ait explosé au dessus des pôles
j'aurai fait le choix de l'étude elle a soigné mes plaies.
.en dépit des insultes et de la voracité
des araignées qui m'ont pris dans leur toile
.
.
je te souhaite , enfant,  l'abolition des frontieres qui m'ont ruiné
Tous ces faux sages patentés disent utiles leurs instruments de torture
Qu'ils se les appliquent et endurent les ricanements des insensibles
l'animalité n'a que la mort comme fonds de commerce
.
.
Mais même en mourant que mon souffle reste centré
sur le miracle éternel du supramental
car c'est là que j'ai vécu et que je vivrai
et que je retrouverai mes semblables
tous ceux que j'ai aimés, qui m'ont aimé
et laisse  le  méchants  s'enorgueillir
sur la voie des zombis et des iwawas
.
Que faut ils faire, les bombarder ?
et tomber dans le piège de leur méchanceté .
cette planète est à la croisée des chemins
et les violeurs se trouveront perdant
.
.
O toi mon maître Agastyar
immortel rayon du Soleil des soleils
plane au dessus de ma tête
pour me guider encore dans mes tribulations !
.
.
Un poème ne suffira pas à m'arracher aux choix aveugles
que les autorités ont fait pour moi et mes enfants mes frères et soeurs
Des  robots sans âme , des cyborgs ont entouré ma destinée terrestre 
de fils de fer barbelés , ils se donnent en exemple, obéissent aux ordres
En échange de privilèges ils dénoncent l'assistanat
.
.
je me cacherai dans la jungle , dans la cabane de planches bleues
pour guérir des maladies ourdies par les sorciers et  les spéculateurs
.
.Dans la nuit mon murmure  a encore écarquillé mes  yeux , mon  coeur dans la tempête
le  saut de la guérison est infime , il est à ta portée
le tout est de bien t'orienter, sans te tromper  de  direction
.
.
si ce monde humain peut guérir et changer
c'est par la sincérité obstinée
Explore  le théâtre des chances falsifiées
Jette les costumes qui te réduisent à l'etat d'appât
Respecte la carapace de la tortue
même si ses yeux ignoreront tes ailes ,
car ce n'est pas elle qui te volera ton espace et ton temps
.
.
Etre esclave de l'enfer n'apporte jamais la paix ,
juste un répit dans la frustration
 sois donc plutôt un combattant de la liberté
Un singe qui construit la justice sociale planétaire
pour que tous puissent étudier
sans hameçon pour les piéger
mais pour que par la bonté  descende sur la Terre
la colonne de feu du supramental divin
et que dans les coeurs soit transmutées les pierres
.
.
Les mots ne suffisent pas, mille fois répétés
défais l'hypnose les féodalités de l'égo en toi
Ne cede pas aux  charmes mortels du miroir
Danse  la danse des Phénix sur les quatre planète
et plonge au coeur du soleil
où tu trouveras 
les couleurs de la guérison
.
.
____
.
.
TELLEMENT BELLE
.
Ce qui rend la Terre belle, c'est qu'elle est enveloppée de lumiere
il n'y a pas de crocodiles ou de baleine dans les airs
Il n'y a pas d'oiseaux dans la mer
Il n'y a pas de tortues dans le soleil
Chaque créature se meut dans le monde qui lui est propre .
.

Personnellement me voici pour quelques temps dans le monde des humains
En ce qui concerne mes activités je note une indifférence têtue
mais pas générale ...
Néammoins  dans les cercles virtuels  
où retentissent les echos vidéo de ma danse
il me semble parfois être compris à l'envers ...
.
Qu'y faire ? Persistons le temps passé sur cette planète ! 
l'art catalytique ne parvient pas peut être
à  réveiller les morts
dois je pour autant me décourager
puisqu'il me garde vivant !
.
Tout le monde a le droit de se reposer
le vase de la cigogne est impraticable pour le renard
et même pour la girafe
.
A travers toutes ces danses et musiques , j'ai seulement cherché
à migrer dans l'esprit plutôt que de rester
seulement rivé à la chair sans lumière
Bref je suis aimanté vers le haut et vers le bas,
je me déplace comme en glissant
.
Certains ont appris un peu de moi mais plutot spéculé
sur l'effet des beaux habits de l'esprit , 
et sur la gourmandise  de la peau
la nuance est de taille, d'où le malentendu
.
Ils se sont vendus comme esclaves en soupirant
" Faut bien gagner sa vie " ! 
Dois je les contredire ?

.
Le mouvement perpétuel où surgissent inspiration, chant et danse,
c'est celui des rythmes stellaires
 ce qui  pour le matérialiste 
est aussi ennuyeux qu'un inventaire 
de météorites 
.
Le monde humain était bien triste ,
 quoique risible
mais j'ai trouvé la joie en imitant
 la ronde des galaxies 
.
Je reste polarisé sur leurs priorités, 
c'est ce qui m'anime
et me distingue de la simple marionnette résignée
.

la plupart des gens ne voient dans la danse ou la poésie
qu'un moyen d'exister dans la société humaine
alors dès que les regards se détournent de leurs singeries
, leur plume devient lourde, leur envol s'éteint
mais moi craignant d'être distrait par les malhonnêtes
 je suis encore incité par l'Oeil supramental
à danser derriere le rideau des yeux humains fermés
et même à expliquer, quitte à me répéter
par quel sentier j'arrive à m'échapper
des mauvaises pensées des esthètes 
et des ténors de l'actualité
.

La lumiere qui coule de source dans la nuit du Grand Choix,
cette lumiere ne peut que s'obscurcir lorsqu'elle parvient
aux meutes d'humains embourbés dans leurs illusions !
.
Chacun s'empare des grands préceptes
remettant au goût du jour les évidences Divines
mais c'est pour un usage narcissique en privé
ou démagogique en public.
Un peu de nectar pour rendre digestible le poison.
.
.
Les addictions restent prioritaires
C'est clair ce n'est pas sur ce plan de la vie animale que l'âme se libère
Le sexe donne un aperçu de l'ilnstase
mais c'est au dela des corps 
que l'illumination devient véritablement stable
.
.
les tyrannies compliquent l'acces au sexe 
de sorte que l'infini 
ne paraisse accessible que par cette porte
devant laquelle elles placent un planton et un tiroir caisse.
.
.
Lorsque le sexe est délivré des pesanteurs sociales,
il répercute seulement le message des fleurs
A savoir que sans la lumiere les pétales 
ne sont qu'une possibilité :
s'enorgueillir dans le non né comme d'un rêve de poubelle.
.
.
C'est la Lumiere qui habite et enveloppe les corps ...
Chaque espèce capte le souffle de la Vie à sa façon
mais il y a deux attitudes possibles ...
.
.
Soit donner des allures inspirées à la pesanteur à l'aveuglement 
aux  civilisations frelatées, curiosités
du  jardin zoologique
à l' unanimisme des églises 
où le singe fait serment d'obéissance
à singe plus puissant qui serait  oracle de Dieu ...
.
.

Soit transformer en tremplins nos destinées ,
s'enfuir tres loin des tics hérités
pour apprendre à voler 
d'abord en tâtonnant 
voire en tombant de façon répétée 
puis  en planant, libéré des illusions
dans la dimension des rayonnements Divins.
.
.
Ce ne sont ni diplômes ni patentes qui indiquent le chemin
Chacun par sa conscience peut trouver l'évasion
mais c'est là que l' on doute et recule
à cause des publicités sur les bas côtés
.
"Ce fou de dom dom , qu'y a t il gagné ?
non, il n'est pas le seul à persister
mais c'est du trapèze sans filet
aucune garantie offerte en cas de tonneau dans le ravin."
.
Alors on se contente des plaisirs de la chair sans y mettre l'esprit
.
.

"L 'esprit , un grand mot l'esprit ...
qui l'a touché avec ses doigts, saisi à pleine main ?
c'est comme Dieu pour Gagarine, il n'existe pas !
Dom Dom prétend danser pour ce public Divin
vraiment il vit complètement sur un nuage
on pense à le rayer de la liste des héritiers
sinon ce serait vraiment du gaspillage
.
...puis il serait spolié par son amante noire
qui fait semblant de danser assurément dans cet espoir ..."
.
.
Elle est mal éclairée la famille
et  elle donne en exemple 
son marécage
canapés devant télé par un effet d'optique !
.

Il est épique le labyrinthe des termites.
Il a rongé tellement de cervelles au moins utiles
à héberger ces insectes habiles
à se pérpétuer! 
.
.
L 'arc en ciel pour ces gens là n'était visible qu'à travers 
des trous dans leurs armures
carapaces soudées aux os par précaution sécuritaire
pour que dans la sieste sans fin on ne soit pas dérangé
.
Sommeil incontestablement tres actifs,
sous hypnose comme des robots ...
ainsi avancent  des somnambules
en marchant sur les toits et même les gouttières
 jusqu'à l'entrée des souterrains 
des forges de l'enfer
où l'on gagne sa vie, de quoi s 'en payer le voyage ...
.
.
"Alors c'est qui ce Dom Dom, il nous nargue ou quoi ?
.
Tous ses raisonnements sont plutôt illogiques
C'est un poète, enfin quelqu'un sans conséquence ! "
.
mon père avant de mourir me dit que j'aurais pu
devenir écrivain plutôt que de singer les poètes.
je répondis papa, respire encore un peu
cela va te donner des forces ...
Hélas il répondit :
tout ça c'est de la fumisterie !
ce furent ses derniers mots...
.
.
___
.
.
COURONNES DE FLEUR
 5 novembre 2008
ci dessous : Tila aux temps où nous vivions ensemble , du 16 août 2003 à fin 2008
.
.

.
.
 
il y a des milliers de danseurs et de chanteurs,
tous couronnés de fleurs rouges et jaunes 
c'est une belle activité le tressage
de couronnes de fleurs...
Ma vahine Tila
s'y consacre pour couronner pasteurs et diacres
à l'occasion de tous banquets, de toutes messes
avec les longues feuilles d'auti, tres vertes , tres oblonges
Elle fait des jupes de danse pour les enfants de la paroisse
pour les filles , les garçons et les rérés qui vont danser
A 5 heures du matin elle s'éveille pour aller faire le café
des pasteurs en synodes et ne sait jamais 
de quoi ils ont parlé
ce sont eux les adultes , les hommes raisonnables 
il suffit de les écouter parler.
.
Pour que leurs voix soient plus persuasives
A la fête ils se sont longuement programmés en premier en premier
Ensuite vient la danse et la musique, le nombril nu des filles
de 7 à 87 ans , les fesses en gyroscope bien entraîné
puis vient en fin le grand, le grand banquet
les spectateurs sont impatients ils trépignent du pied
les aliments sont encore enveloppés dans les feuilles
c'est ainsi qu'ils cuisent dans le four tahitien
oui tu as raison, abrege, le poète
mais le pasteur s'écoute toujours vparler
dura raapoto  le lettré flatte la population qui n'écoute même pas pour qui il faut voter
Il compare les immigrants blancs à des cocos sans racines
alors que dans la vraie église nous sommes tous enracinés
tila fait la drague aux ivrognes sur toutes les pentes de la vallée
parfois ce sont des familles entieres saoules des le matin
qui mettent pour s'oublier la radio à tue tête
elle les visite pour les inviter au banquet
ça c'est un argument, inutiles sont les poètes
la Bible, le Coran et les upanishads 
sont farcis de poètes inspirés
il n'y a plus rien à ajouter, seulement en chantant
mais qui sont ces égos qui refusent la vérité ?
Dom Dom , pourquoi t'abstiens tu encore
des arguments d'autorité ?
.
.
Mais pourquoi faut il couper la tête aux fleurs ?
Qu'on les laisse danser dans la brise encore quelques instants
Bon il y a tant de fleurs, je suis même recruté
pour les ramasser
l'être humain ne peut donc se contenter de son parfum, de sa beauté ?
Oh pendant un instant je serai habillé de couleur
Je serai moi même une offrande de nature
toute la population avec les fleurs sera sur le podium 
ils sont fous de l'autre côté de l'océan 
d'avoir réglementé les canons de beauté
la plage est rose et les chiens sont jaunes
un peintre aux antipodes expose un boeuf dans le formol
je ne suis plus qu'un gros caillou plus gros que ma tête sous l'arbre à pain
un bout de lave refroidi roulé dans les torrents de la vallée
un nain de jardin exhibé par sa vahiné
qui le console la nuit de ses absences la journée
il y a tant de travail, c'est le Bon Dieu qui l'ordonne
rien ne changera plus, terminus
je me laisse bercer par les bornes de ma destinée
Endormons nous dans l'abondance,acceptons 
que tout soit terminé et ne change jamais
Mais le bruit des radios à tue tête dans la vallée
cela me donne envie de fuir , alors je pars à l'ombre des arbres dans la lagon
hélas des voitures équipées de haut parleurs arrivent ensuite des deux côtés de la baie
le pasteur a dit qu'il fallait apprendre à les tolérer
faut respecter son prochain, il a besoin
de machines à décerveler, je m'en vais
____
.
.
.
.
L'HOMME AUX OUTILS D'ARTISTE
.
.
.
.
Il ya des  milliers de poètes, tous couronnés de lauriers
Comment donc reconnaître le poète, le véritable inspiré ?
Le vrai poete n'est pas un enfileur de perles et de métaphores
ce n'est pas celui qui nie le malheur du monde, l'appelle imagination
et qui confond son  confort matériel avec la supériorité intellectuelle
Le vrai poète est celui dont la parole de chaque jour
autorise un monde vivable  sans dogme en dépit de l'enfer
.
.
Devant la maison où j'habite le bailleur a mis
 le  singe tchako  en cage, pour quelle utilité ?
Simplement pour la distraction  des passants :
meme le plus misérable des hommes
se sent alors évolué, sorti d'affaire, quelle erreur!
.
cette prison, ils trouvent tous cela normal,
 sans voir que les humains eux mêmes sont en cellule.
libérer le singe ne sert à rien, puisqu'il est addicté
au whisky et à la cigarette offerts par  les passants
et de plus, s'il est  libre il va sans savoir voler
il va être capturé et finira dans la casserole
du coup il m'aime s'il s'évade il revient
se constituer prisonnier, car même en forêt
il y a des rois singes jaloux de leur territoire
décidément la captivité l'a pénalisé
ce monde est piégé de chaque côté des barreaux
regarde l'âne on dirait qu'il pleure
et parfois on le voit pisser pendant une heure
ah quelle énigme que cet empire de peau
d'os et de dentsn de grandes et petites oreilles
et les combats de mâle dominants 
ce qui  manque c'est la compréhension exacte du monde 
tout semble clair, le soleil qui se lçve ou se couche
la douceur enivrante du sein de la nymphe
alors pourquoi cette énigme de la bête humaine
et la difficulté à simplement jouir de la vie
sans rien attendre que l'amour, l'air pur, les fruits
.
Le vrai poète parfois n'a jamais rien écrit
ses paroles se sont perdues , les oreilles étaient fermées
Il a simplement vécu en dépit de la rage et de des vampires
à l'écoute de la beauté du monde,  il était
 un refuge pour ses proches, même s'il était
 misérable, mais riche de douce patiente
le poète a pitié de l'animal blessé
Il ne ricane pas de l'âne ou du cavalier
il n'envie pas leur  destinée
le vrai poete est plus précieux qu'un roi
mais il peut passer totalement inaperçu
l'important pour lui est d'avoir sauver une île
à la mesure de ses bras, et davantage si possible
où l'amour soit possible, l'amour de la femme
 etde l'humanité même sourde , à la distance innoffensive
et des arbres qui ont compris l'élan constant vers la liumiere
ils bandent sans se lasser et scintillent de mille fleurs leurs sexees parfumés 
 leurs fruits  précieux  sont comme bijoux d'un instant toujours renouvelé
pour rassasier les oiseaux et le passant
Bref, le vrai poète , c'est l'arbre
.
Quant au vrai danseur c'est quoi .
Je dirai que pour les humains assujettis mentalement aux modes, 
le vrai poete et le vrai danseur, c'est tout sauf moi.
chacun est le poete de sa vie, chacun la danse à sa façon
mais l'artiste qui vit pour la parade
est inutile à tous et même à lui m^me
il marche à côté de ses pompes
mais nul ne s'en aperçoit, car la misere des coeurs
est tellement profonde, suite aux tyrannies illogiques
que chacun se satisfait pour soi et autour de soi
qu'on l'appelle soleil , du coup même en grimaçant
chacun vibre in instant à la flatterie virtuose
sans avoir allumé d'autres soleils que ceux de l'apparence
.
Tout est art et ne fait que refléter le désastre
ou les vertus des survivants ,  alphabet heremétique
tout humain est danseur, le mot est marque déposée
que ce soit pour  secouer en transe sa carcasse
ou se rêver sur pointe dans un palais de glace
tout est danse et poésie, tout est musique
même le silence, alors l'artiste plus vrai que vrai
c'est celui pour qui l'art comme  l'arche à Noé
Un navire construit chaque jour sur les eaux du déluge
ou un radeau, si la tempête est trop forte
.
un radeau, un laboratoire de l'évolution des espèces
ou même à deux une tente qui accueille l'espérance
et où l'amour fait sens, et peur au diable
en dépit de son press book où il se prétend Dieu
seul l'amour et ses vertus sont divins comme les vagues
comme les arbres et comme les étoiles
comme l'homme et la femme sans ambition mondaine
juste celle d'une vie sereine au prix s'il faut de la révolte
l'oiseau doit il tomber du ciel en pensant au chasseur
Il cherche plutôt à s'échapper de la pesanteur
.
Et qu'est ce qu'un vrai sage ?
 l'arriviste qui cede aux chantages
et montre du doigt à ses enfants les perdants ces idiots
le sage n'est jamais un naufrageur
 mais il crée du bonheur au milieu du malheur
au moins pour sa santé, tant il est d'assoiffés
aui trouvent son nectar trop fade
telle est la perversion des faux raisonnables, des lâches 
admiratif de ceux qui se gargarisent de leur naissance
et ne voient d'accidents qui ne soient mérités
même coulé dans le miel des sophismes, le mépris n'est pas sage
le sage ne nie pas la souffrance , elle est partout
résultat de paris hasardeux sur les mirages de l'existence
et même les arbres et même les herbes
un jour sans l'avoir cherché se font décapiter par les singes
déguisés en savants, en poètes, en trafiquants
en illusionnistes pour draguer les ignorants
pour un trône capitaliste qui colle au fesse
pour un culte communiste de la personnalité
pour une délégation paroissiale qui fait avaler des couleuvres
et même parfois des vipères
.
 le sage constate la diversité des essences dans la forêt
il ne craint pas de paraître fou aux yeux des juges nés
Il sacrifie son temps pour accueillir la paix
en dépit de la haine, de la traque incessante des prédateurs
de l'arrogance des enfants et des viellards
il récolte seulement la complicité des fleurs 
les baisers de la nymphe et les visites phosphorescentes
des vivants immortels dont il est l'écolier dans la patience
le sage est parfois poète en langage mortelle
ou seulement danseur si nul ne l'écoute
.
c'est ainsi qu' il s'enracine dans le souffle de la vie
dans la ronde  des astres et la pédagogie...
Même si la salle de classe est vide il trace le sentier
que  les buissons épineux effaceront peut être.
Encore un mot, je veux parler ouvertement de moi
je n'ai point chercher dans ma vie à être juste un poète
et quand on m'a flatté du nom de sage, le message c'était
 qu'on attendait de moi de travestir toutes les paresses.
distribuer des médailles , pas des exercices 
car alors je serais un donneur de leçon
cela c'est seulement pour la garde des enfants
et le contrat avec chacune de mes compagnes
en fait sans vrai entrainenement comment
à deux traverser sur un fil le précipice
et pour le reste, juste un vrai testament
que dédaigneront les méchantes familles 
pour qui le savoir vivre n'est pas un héritage.
J'ai fourni des outils autour de moi en ouvrier de l'Amour
si j'ai écrit c'est juste pour penser en mots, 
ne pas me perdre dans la confusion des borborygmes
tenter des  dialoguer pour  avoir droit de cité dans la forêt
si j'ai chanté c'est pour échapper au tintamarre
et fuir dans le silence où les oiseaux m'enchantent
et la danse pour moi ce fut juste pour échapper à la pesanteur
 J'ai aussi vécu tout ça sans pause dans le yoga
pas celui des bhramanes , des dévôts et des acrobates
je n'ai pas de patente là non plus, je ne suis qu'un ermite
qui a rêvé de fêtes vraies  mais il n'y avait que des pieges
 pour égos ivrognes et monsieur je sais tout
.
Pour autant je ne renie pas mon humanité
je suis moi aussi traité comme un gibier, comme bétail
je ne dis pas pour autant que le mal seul est réaliste
je me répète beaucoup, c'est vrai,  sans jamais m'énerver
je dis des choses simples que je n'ai pas inventées
mais qui restent utiles à condition de répudier
le superflu des vanités , des gourmandises
, et de se défier de l'orgueil, celui qui fait dire
que la femme viiolée  l'a mérité
que l'enfant torturé l'a bien cherché
que le karma n'est imposé que par soi même
que les villes bombardées , c'est  le plan du grand horloger
que les tribus déportées dans le désert sont punies pour leurs péchés
que les cochons égorgés c'est bon pour la santé
que les arbres et toute la création 
a été inventée pour les caprices de la bête humaine
j'avais  adolescent un ami poète qui répétait
pas de pitié pour les canards boiteux
moi je pensais aux victimes collatérales
et à lui même qui ne connaissait que la souffrance
il a publié depuis cent plaquettes chez les éditeurs les plus côtés
voila comment il se console de sa souffrance , son métier
il est toujours présent à paris pour en rajouter
mais moi dans la grande ville, je titube
je tombe dans la rue, il faut me ramasser
je ne suis pas un courtisan qui s'entraîne 
à résister à l'asphyxie  pour qu'on l'aime.
L'humanité finira par évoluer
lorsque la poésie ne sera plus une spécialité
lorsque la poésie ne sera plus un pis aller
lorsque la poésie ne sera plus fausse peinture fausse musique
lorsque la poésie ne sera plus faux témoignage sur les apsaras
lorsque la poésie vraie  ne sera plus une rareté
pour collectionneur de livres brochés
mais la logique même pour respirer
pour faire parler même les muets
ceux qui se sont fait arracher la langue.
.
Alors l'amour redeviendra source des actes
la vie triomphera de la mort
et la révolution permanente ne sera pas seulement
un changement régulier de féodalité
mais la logique d'un partage organisé
dans le respect de soi même et d'autrui
Déjà c'est un petit progrès de voir
aucun footballeur s'enfuir avec la balle
oui je suis soulagé, ça me rend optimiste




02/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres