éditions \" à l\'écoute \" , hors commerce

Patrick Araia Amaru : poèmes en tahitien et français

 
.
.
 .
Ta to ù rima i ueue  ta to ù ia rima e òoti...
 
.
.
Ta to ù rima i ueue                         Ce que mes mains ont semé    
Ta to ù ia rima e òoti...                   Mes mains cueilleront…
 
E hotu hoì au                                  Je suis fruit
No te here metua                            D’amour
Ta to ù  metua tāne                         Que mon père
I tanu,                                           A planté
Ta to ù metua vahine                       Que ma mère
I amo,                                           A porté
E tumu ānei teie                              Est ce les raisons
I pō ai to òe mata                            Qui t’ont fermé les yeux
Māmā?                                          Mama ?     
 
E hotu hoì au                                  Je suis fruit
No te here metua                            D’amour
Ta to ù metua tāne                                   Que mon père
I tanu,                                           A planté
Ta to ù metua vahine                       Que ma mère
I amo,                                           A porté
E tumu ānei teie                              Est ce les raisons
I faru ai òe ia ù nei                                   Qui t’ont poussé à me violer
Pāpā?                                            Papa?
 
 
Auē te mauiui e te haamā                 J’ai mal et j’ai honte
To ù metua tāne,                             O mon père
Te rave ìno noa nei ā òe ia ù             Et tu me violes encore
I teie pō…                                      Cette nuit…
Auē te mamae e te viivii                   Je souffre et je suis souillée
To ù metua tane,                             O mon père
Te rave ìno noa nei ā òe ia ù,            Et tu me violes encore
Ta òe tamahine…                            Moi, ta fille…
 
Ta to ù rima i ueue                         Ce que mes mains ont semé
Ta to ù ia rima e òoti…                   Mes mains les cueilleront…
E paì !                                           Pourtant                                        
E hotu hoì au                                  Je suis le fruit
No te here metua                            De l’amour
Ta to ù metua tāne                                   Que mon père
I tanu,                                           A planté
Ta to ù metua vahine                       Que ma mère
I amo,                                           A porté.
To ù na metua                                Mes parents
Te mōrohi nei te hotu                      Le fruit se flétri,
Te mōrohi nei au.                            Je me fane.
 
 
Amaru Araîa               Na te tama i rave ìnohia.
.
.
.
Firi iti rouru 
 
 
 
E firi iti rouru noa            Quelques brins de cheveux
Te fenu i haapaari            Ont consolidé
I te here a Maui.               Le lasso de Maui
E firi iti rouru noa             Quelques brins de cheveux
Nō Hina te tuahine            De sa soeur Hina
I te hereraa i te metua.      Ont capturé le père
E firi iti rouru noa             Quelques brins de cheveux
Nō te vahine                     De femme
I tere maitaì ai te Ra.         Ont réglé la course du Soleil
 
E tā ù mahanai                  O ma femme
Mai nā tō rouru                 Donne moi de tes cheveux
Ia māha tō ù hiaai              Pour tempérer mes désirs
Ia naho tō ù oraraa            Pour ordonner ma vie
Mai nā…                            Donne…
 
.
.
.
Mau atu ra te taputoraa…  
.
 
Mau atu ra te taputoraa…                Le combat alors cessa…
Totereò  atu ra te moa oni                Les coqs chantèrent
Totereò i te ora,                              La vie,
Totereò i te hau.                             La paix.
Tauahi atu ra                                  Ils                               
Rātou ia rātou,                                S’enlacèrent,
Hoìhoì atu ra…                               Et s’embrassèrent…
 
Pahu reàreà atu ra te mato                Les vagues alors
I te àre miti,                                            Firent résonner joyeusement les rochers,
Mirimiri aru ra te manimani rima,      Et les doigts, les doigts experts,
Te manimani rima òi ā rohipehe        Ceux des musiciens caressèrent
I te ìri maò o te pahu ôroà,               La peau de requin du pahu de cérémonie,
Mārere atu ra te rima i te reva           Et les mains s’élevèrent vers les cieux
No te àto mai i te puatea,                           Pour en cueillir les fleurs blanches
Tāparuru atu ra te puè avae,             Et les pieds trépidèrent,
Rurutaina atu ra te fetu.                    Et les étoiles frissonnèrent.              
Tātuè atu ra te toa i nià,                   Et les guerriers copulèrent vers le haut,
Ei ô na te atua Oro.                         En offrande au dieu Oro.
Tātuè atu ra te toa i raro,                          Et les guerriers copulèrent vers le bas,
Ei ô na te fenua.                              En offrande à la terre.
 
Òto vivo atu ra te hupe                    La brise chanta comme un vivo
Mai nià mai i te hena,                       Du haut de la nageoire,
Te hena ò Òro atua,                        La nageoire du dieu Oro. (Orohena)
Hōriri atu ra te ìriatai,                       Les belles Àrioi alors frissonnèrent
Te ìri ò te purotu Àrioi                     Comme la surface de l’eau.             
Òhu marū  atu ra te òhure.               Et les fesses roulèrent lentement.
Amiàmi atu ra te pua                       Les fleurs se contractèrent,             
Tō atu ra te tara,                             Le dard se durcit,
Toro atu ra te tara,                                   Le dard se tendit,
Rari atu ra peho…                                   Les vallons s’humidifièrent…
 
Ninito atu ra te upoo,                       Et les têtes vacillèrent,
Inaha,                                                     Car,
E heianiniva teie                              Une couronne de vertige
E raumā nei i teie mau tino…            S’était emparée de ces corps…
 
Ē, ua uruhia te mau Àrioi         Oui, les Àrioi étaient possédés
I te natihura,                                   Par la magie de la danse,
I te natiheiva,                                 Par la magie du spectacle,
Mai te mea ra e                               Comme s’ils fusionnaient
Ua tino varua hōê ò ia                      Corps et âme                        
I te heeuri ò te fenua,                      A la beauté du pays,
I te hohonu ò te reva...                    A la profondeur du ciel…
 
Hūrō atu ra te nunaa                        Le peuple cria son admiration
I te ruperupe ò teie na nuu               A la somptuosité de ces deux troupes
Ua àrioi te àrioi…                            Les àrioi se réalisèrent…
 
                                                             Amaru Araîa Patrick. 24-O5-10


11/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres